Logo de QUIZAS Films

QUIZAS

Soledad

de Manuel Sanchez

statut : en développement

genre : drame

type : long-métrage

avec Olivia Ruiz, Stany Coppet, Dominique Pinon

Synopsis

Soledad, serveuse dans la bodega d'un village de la Castille profonde, mène une existence morne, coincée entre son patron de mari et une belle-soeur acariâtre. Mais tout bascule quand elle croise Laurent, ingénieur français idéaliste, qui, en mémoire du martyre de sa grand-mère et sous prétexte d'un chantier d'éoliennes, va réécrire l'histoire tronquée des notables de la sierra de Frades, âpre terre d'éleveurs de taureaux.

Photos

Soledad Soledad Soledad

Crédits photos : Paul Morel, Manuel Sanchez

Distribution artistique

Olivia Ruiz » Soledad
Stany Coppet » Laurent
Dominique Pinon » Fernando

Scénario

Manuel Sanchez » Scénariste
Franck Membribe » Écrivain, auteur du roman « Ultime Tercio à Salamanque » dont est adapté le film

Production

Nomoï Productions » co-Producteur
Maluta Films (Espagne) » co-Producteur

Trois petits mots…

« Mon histoire personnelle est rattachée à la Guerre d'Espagne et à l'anti-franquisme par un père républicain espagnol exilé qui a toujours pensé que la guerre contre le fascisme n'était jamais finie. Cette utopie combative paternelle a laissé des traces qui se sont transformées au fil du temps en dette morale. Ces traces et cette “dette” me conduisent à reprendre en sens inverse le chemin de l'exil.
Je ne peux concevoir un projet de film sans être impliqué moralement par une responsabilité sociale liée à mon histoire de fils d'exilé politique. L'Espagne, je ne l'ai visitée que lorsque mon père acquit sa nationalité française par naturalisation. Avant ma rencontre physique et linguistique avec l'Espagne, mon imaginaire d'enfant a été frappé d'un côté par l'image de la dictature de Franco et de l'autre par celle de Don Quichotte et son histoire de moulins à vent.
 »


Un livre, un combat

« La rencontre avec le livre de Franck Membribe “Ultime Tercio à Salamanque” a réactivé chez moi le désir de raconter la blessure jamais refermée de l'exilé politique que fut mon père, qui ne put jamais se reconnaître comme vaincu face au franquisme. Certains historiens de la Guerre d'Espagne ont parlé à propos de ce refus de désarmer de “guerrilla de la mémoire”. »


Le personnage de Laurent, ingénieur français venu professionnellement dans la région de Salamanque pour installer des éoliennes enquête sur un crime qui a eu lieu pendant cette période de guerre fratricide, est un descendant de cette diaspora qui porte encore symboliquement les valises de l'exode des républicains de la « Retirada ».


icône pour retour en haut de page

Webdesign : ...